Défendons le droit fondamental à la sphère privée

Défendons le droit fondamental à la sphère privée

Référendum contre la surveillance des assurés

Collection, Suisse

16’753 signatures

Archivé

Saviez-vous que les caisses maladie, l'AVS, l'AI, ou la SUVA sont désormais habilitées à mettre les assurés sous observation en réalisant des enregistrements vidéo et sonores dans leur sphère privée? Même le recours au pistage GPS et aux drones est à présent autorisé. Seul un référendum peut contrer cette attaque sans précédent contre la vie privée.

Jamais auparavant un projet de loi controversé n’avait été adopté aussi rapidement par le Parlement suisse. La nouvelle loi sur les assurances permet des observations et des surveillances qui vont au-delà de celles autorisées pour traquer les criminels. Cela qui donne aux compagnies d’assurances un pouvoir supérieur à celui de la police. Toutes les personnes assurées en Suisse auprès de l’AVS, des caisses d’assurance maladie, de l’AI, de l’assurance-accidents et de l’assurance-chômage sont concernées. Toutes, sans exception.

L’autorisation de photographier et de filmer des suspects ne se limite plus aux lieux publics, mais est à présent également applicable dans des lieux “librement visibles par des tiers à partir d’endroits librement accessibles au public”. Un détective est désormais autorisé à surveiller un jardin ou un balcon. Les personnes dont le salon ou la chambre à coucher sont orientés vers la rue n’ont pas de chance. Elles doivent s’attendre à être observées dans leur sphère privée, voire intime.

Les traceurs GPS et les drones peuvent désormais également être employés pour le pistage des véhicules. Un juge doit en décider au cas par cas. Le Conseil fédéral, par la voix du ministre des affaires sociales Alain Berset, s’y est opposés, en vain. Le Parlement met ainsi les présumés fraudeurs d’assurances au même niveau que les grands criminels ou les terroristes.

Cette nouvelle loi place la population entière sous une suspicion générale et inconditionnelle. On espionne les plus faibles, tandis qu’on fait preuve d’indulgence envers les plus forts. Le parlement refuse en effet de mettre son nez là où il y a un réel besoin. Depuis des années, la majorité du parlement empêche toute tentative de poursuivre efficacement les fraudeurs fiscaux, bien qu’il soit de notoriété publique que les caisses publiques suisses y perdent des milliards.

Les traceurs GPS et les drones peuvent désormais également être utilisés pour le pistage des véhicules. Un juge devait en décider cas par cas. Le Conseil fédéral et le ministre des affaires sociales Alain Berset s’y sont opposés. Le Parlement place ainsi les présumés fraudeurs d’assurance au niveau des grands criminels et des terroristes.

Contact

Ce projet est désormais terminé et ne peut plus être soutenu.
Tous les projets